Préparer une réunion de parents en élémentaire

Dans cet article vous trouverez des mots clés et des axes importants pour essayer d’apporter  à l’enseignant confiance et solidité. Cela pourrait l’aider à rassurer les parents .

L’organisation de la réunion est abordée sous plusieurs angles et son  déroulement et ses objectifs sont présentés de façon à ce que chaque enseignant puisse situer la situation particulière qui est la sienne.

Vous retrouverez en grande partie ce que j’ai pu écrire sur une réunion avec des parents de maternelle…

Un paragraphe particulier situera la réunion des parents de CP . Ce niveau de classe focalise une attente, une pression et des représentations très particulières…

Un tableau vous présente en fin d’article de façon synthétique des axes de références.

Une réunion qui se prépare

Trois axes clés pour rassurer les parents sur le  » travail »  dans la classe.

1- Le respect du « programme ».

2- Le respect de l’enfant et de son développement .

3- L’autorité de l’enseignant.

L’organisation de la réunion

Il est préférable d’accueillir  les parents dans la classe. On peut avoir disposé sur les tables des assiettes de petits biscuits et des verres de jus de fruit… J’ai toujours pensé que l’aspect convivial avait son importance et, eu égard à l’heure de la réunion, certains parents peuvent apprécier un petit goûter .

Les parents sont invités à regarder la classe puis à s’assoir sur les chaises des enfants ou sur les bancs du coin regroupement.

Les outils de la classe peuvent être disposés sur les tables : cahiers, classeurs  des élèves, cahier de vie de la classe , journal scolaire etc… On peut imaginer de laisser un temps aux parents pour regarder ces supports avant de commencer à prendre la parole.

Ou pas … Parce que certains parents peuvent se focaliser sur les cahiers de leurs enfants et être envahis par ce qu’ils ressentent devant cette lecture. Les outils peuvent alors être présentés au fur et à mesure de ce qui est dit par l’enseignant. Celui-ci aura pris la précaution de rassembler près de lui ce qu’il veut montrer de façon à ne pas avoir à chercher partout au dernier moment…

L’organisation dépend de ce que chaque enseignant ressent.Il choisira la situation dans laquelle il se sent le plus à l’aise.

La présentation de la réunion

L’enseignant est un professionnel. Pour rassurer les parents, il montre comment il organise son travail. Cette maitrise de la conduite de son action convaincra les parents beaucoup plus que tous les discours qu’il peut tenir.

Il y a donc nécessité d’avoir préparé ce qui va être dit et de le dire de façon calme, posée et maitrisée. Si besoin, on peut demander la présence d’ une collègue ou de la directrice  pour montrer qu’il y a un travail d’équipe.

On peut aussi imaginer une première partie de réunion de toute l’équipe pour placer le contexte et le travail d’équipe et continuer ensuite par des réunions de classes. Tout est possible , suivant le contexte et les besoins.

On indiquera le temps imparti pour éviter les réunions à rallonge .

On peut imaginer, dans certains cas difficiles…, d’avoir écrit au tableau les axes importants de ce qui va être présenté.

Un emploi du temps de la semaine sera présenté à l’oral, au tableau ou même sur papier , suivant les choix de l’enseignant. Cet emploi du temps permet de voir comment les journées sont organisées et sur quelles bases.

Il peut être déroulé de façon précise ou plus générale suivant le choix de l’enseignant qui n’est pas là pour justifier son travail mais pour le présenter. L’important est de savoir que ce temps a été réfléchi et qu’il a été organisé en fonction du Programme et du niveau d’âge des élèves.

Un tableau des notions principales à traiter peut être présenté. ( voir dans la rubrique Affiche: Des notions principales en élémentaire ) .

Une référence qui situe le développement de l’enfant peut aussi être présentée. ( Voir dans la rubrique Affiche: le développement de la pensée en CP ou CE, ou CM. )

Quel que soit le niveau de classe, il peut être intéressant de présenter le développement sur plusieurs niveaux parce que cela montre aux parents des possibilité et des limites de ce développement . Des parents ont tendance à s’appuyer sur des références qui ne prennent en compte que les domaines . Montrer que le développement de l’enfant ne donne pas accès  à certaines possibilités à tout âge permet de partir de l’enfant et de rappeler que toutes les pommes ne tombent pas ensemble, le même jour, du même pommier….

Le discours de l’enseignant

Quand l’enseignant prend la parole , il se présente , indique éventuellement qu’il a déjà travaillé dans ce niveau de classe , même en stage ça compte … et remercie les parents d’être présents.

L’accueil dans la  classe et la sortie seront abordés et leur organisation et objectifs précisés. Les projets ou sorties seront évoqués ainsi que la participation des parents si elle est possible .

Les « devoirs » à la maison sont situés et précisés.

L’enseigant peut situer ensuite dans l’ordre qui lui convient :

Le contexte:

  • Le groupe classe composé d’enfants qui viennent de classes différentes ou non.
  • Le nombre d’élèves plus ou moins important.
  • Le ou les niveaux de classe, ce qui suppose une organisation pédagogique différente. Il est très important de montrer en quoi une classe multi âges peut offrir une richesse à tous les niveaux de classe :

Entraide: nécessité pour les plus grands d’affiner leurs discours, et donc leur pensée, pour aider les plus jeunes; imprégnation pour les plus jeunes de ce qu’ils voient ou entendent des plus grands et qu’ils pourront développer par la suite.

Groupe restreint au niveau des apprentissages et donc plus d’attention apporté sur le moment .

Apprentissages qui prennent plus de sens parce qu’ils sont développés à plusieurs niveaux ce qui permet à chaque élève plus de possibilités d’accès et le respect de son rythme.

Nécessité d’un rapport à l’autre qui prend en compte la différence et cela favorise souvent la construction des règles de vie.

  • Les lieux et espaces qui offrent certaines ressources ou contraintes.
  • L’équipe, les collègues,  qui elles aussi peuvent offrir des ressources ou des contraintes qui ne doivent pas nécessairement être exprimées à ce moment là…

L’organisation pédagogique de la classe

Cela peut être fait à partir de l’emploi du temps . Cela permet de situer :

Les situations choisies et leurs objectifs.

Le travail en petit groupe avec l’enseignant .

Les situations de débat, d’échanges et de conflit cognitifs.

Les temps libres , les coins  et leurs objectifs.

L’occupation et l’aménagement des espaces dans l’école et dans la classe.

La présentation des outils utilisés

Les cahiers ou classeurs des enfants qui permettront de donner place à …

Les outils collectifs: cahier de vie de la classe, journal scolaire, correspondance. Et éventuellement ceux de l’année précédente.

Le coin bibliothèque: les livres choisis , présentés, lus en collectif, prêtés…

Le coin maths, bricolage, constructions, puzzles, jeux de société  et jeux numériques : qui permet de donner places aux différentes notions en maths .

Le coin expériences qui offre des possibilités de relier des causes et des effets…

Le coin arts avec les outils et supports qui permettent d’explorer et de  construire des intentions et des présentations.

Les affichages qui servent de référence ou de guides.

La présentation de tous ces support ou de cette organisation de l’espace ne doit pas être trop longue . Elle permet de montrer que tout a été pensé et que les objectifs de l’enseignant sont clairs et en lien avec le  » Programme ».

Et c’est donc souvent le sujet que l’on aborde ensuite…

Le Programme  !

Incontournable mais zen…

Vous pouvez vous appuyer sur le tableau des données principales en maternelle ou sur les IO mais c’est moins imagé et plus fragmenté.

Là encore pas trop et pas trop long. De toute façon s’il y a des manques , il y aura ensuite des questions .

La posture de l’enseignant : autorité, évaluation…

J’ai toujours revendiqué de pratiquer la pédagogie Freinet. Je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas le faire parce qu’on ne se sent pas prêt à assumer cette différence, en particulier quand on débute.

En élémentaire, j’ai situé  un autre rapport aux autres et donc la construction des règles ensemble ,au rythme des problèmes rencontrés, en précisant que j’étais garante de la sécurité et du possible et que certaines choses relevant de la sécurité étaient non négociables.

J’ai situé surtout un autre rapport à l’apprentissage ! Partir de la curiosité des enfants, de leurs intérêts mais pas nécessairement  sur la base de leur expression au niveau de leur vie privée… J’ai privilégié et dit que l’important , de mon point de vue, c’était de construire une culture commune et une entrée dans la connaissance du monde .

J’ai aussi situé un rapport au savoir qui se construit dans le temps , au rythme du développement de la pensée de l’enfant. J’ai toujours pris le temps de rappeler que se tromper c’est apprendre …

Et du coup c’est aussi sur ces bases que j’ai situé l’évaluation :

  • Des constats que j’observe et que je coche chaque jour  sur des grilles qui situent les connaissances , les savoir faire et les compétences .
  • Des prises de notes de ce qui est dit par chacun pour expliquer ce qu’il a fait; ce qui me permettait de savoir ce qu’il avait vraiment compris.
  • Des photos ou traces qui donnaient à voir ce qui avait été réalisé.
  • Et à la fin de l’année, un texte qui récapitulait tout ce que l’enfant savait et avait compris. Je remplissais aussi le même livret que les collègues et j’ajoutais ce texte qui renseignait les parents de façon beaucoup plus personnelle et plus précise. Ce sera le sujet de futurs articles…

Quand on arrive à voir les parents le matin ou le soir et qu’on glisse un petit mot sur les progrès de chacun, les parents sont sécurisés et ils n’éprouvent pas forcément le besoin de rendez-vous dans l’année. Il est donc important que cette liaison orale soit réalisée en faisant attention de parler à chaque famille au moins une fois par période, quand c’est possible….

Il est indiqué que des rendez-vous sont organisés si besoin pour faire le point dans l’année.

La CP : un cas particulier

Il est fondamental de rappeler aux parents que les enfants ont toute l’année pour apprendre à lire ! Et qu’ils vont continuer ensuite.

Que de passer de la maternelle au CP suppose pour l’enfant un changement de rythme à tous les niveaux et une vraie bascule au niveau de la pensée. Un enfant qui sait lire pensera en mots, ce qu’il ne faisait pas avant …et il prendra d’autres références sur le monde.

Cela lui demande beaucoup d’attention et d’énergie. Il est donc fondamental de lui faire vivre une année de CP  qui le sécurise et lui donne envie de continuer plutôt que de le contraindre à faire des activités qui sont pour lui vides de sens et qui ne lui apporteraient rien.

Seuls des apprentissages explicites et sereins  peuvent être porteurs d’avenir en CP.

Il est aussi très important que l’enfant  puisse dormir beaucoup et donc assez tôt le soit, aussi bien pour se reposer que pour laisser son cerveau faire le tri et le ménage pendant la nuit…

Il est aussi intéressant qu’il puisse être dehors, faire du sport c’est à dire qu’il puisse se dépenser et équilibrer ainsi ses activités.

(Voir les articles dans la valise CP sur le côté droit du blog )

La gestion du temps et la clôture de la réunion

Il est important de savoir clore…

Et donc d’avoir anticipé le temps imparti pour parler de chaque chose. Pas trop, pas tout. Mieux vaut en dire moins mais être au clair. C’est à ça que sert la préparation.

Et il faut bien sur prévoir le temps des questions….

Si vous avez été clair et pas trop long , les questions porteront surement sur : Mon enfant, il…. Il suffira donc de rassurer sur ce que l’enfant sait déjà et sur tout le temps qu’il y a pour voir le reste.

Si vous êtes trop long ou pas clair , vous allez surement le constater sur les visages de vos interlocuteurs.  Alors regardez la pendule et les personnes qui sont là, et faites plus court.

N’oubliez pas que le sourire est  primordial aussi bien pour la convivialité que pour rassurer et forger la conviction que vous maitrisez votre sujet….

Et si vous en sentez le besoin vous pouvez projeter une autre réunion, des temps d’échanges .

N’hésitez pas à contacter les associations de parents d’élèves pour recueillir leurs impressions et leur montrer que vous accordez de l’importance  à leur présence.

La maternelle offre des temps d’échanges plus fréquents avec les parents.Ce temps de réunion en élémentaire est parfois un des seuls qui réunisse les parents et l’enseignant. Il peut vraiment se construire dans l’échange et le partage et dissoudre les inquiétudes de part et d’autre quand  il est préparé .

C’est dans l’objectif de vous aider à la préparer que cet article a été écrit… Bonne réunion !

Un enfant n’a pas besoin de beaucoup de temps pour apprendre quand il est prêt à comprendre.

Aller trop vite ou faire trop tôt le place en position d’inquiétude et de difficulté. Un enfant sous pression est gêné pour apprendre. Un enfant devient élève quand il a compris que l’école permet d’apprendre et non pas seulement de travailler…Il devient alors quelqu’un qui cherche et pas seulement quelqu’un qui attend qu’on lui dise ce qu’il doit faire.

Dans tous les autres pays on apprend à lire et compter à 7 ans …et il souvent n’y a pas de maternelle !

La  pédagogie Freinet se construit dans l’échange de points de vue , par la parole,  dans l’échange et la coopération avec une visée émancipatrice basée sur de l’explicite .

Vous trouverez dans la colonne de droite une page qui vous présente un tableau récapitulatif de tous les articles du blog, rangés par rubriques, afin de vous donner une vision d’ensemble de ce qui est paru dans ce blog et une autre page qui vous présente des articles rangés dans les « valises » par niveau de classe sur le côté droit du blog.

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à vous inscrire sur la News Letter pour recevoir une présentation des prochains articles. Vous pouvez aussi laisser un commentaire , poser des questions ou demander des renseignements. Bonne lecture…

Publicités

2 commentaires sur “Préparer une réunion de parents en élémentaire

  1. Merci beaucoup Françoise pour cette article.
    J’ai toujours été surprise de constater à quel point les enseignants redoutaient ce moment. Pour moi ça traduit un manque de confiance en soi, une peur du jugement de l’autre que je n’arrive pas à comprendre la part d’enseignants qui ont plusieurs dizaines d’année derrière eux. C’est vrai que j’ai une autre expérience et que j’ai eu l’habitude de collaborer avec des adultes.
    Pour moi, cette réunion est particulièrement importante : elle initialise la coopération avec les familles, le lien qui se fait entre famille et école, une ouverture.
    Je pense qu’une préparation en équipe permettrait de se sentir « plus fort » (plus légitime ? confiant ?) plutôt que de le vivre chacun de son côté.

    Ton article me permet aussi de voir le chemin parcouru et celui qui me reste à faire. Je me sens à l’aise d’expliquer l’organisation, les outils, le programme. Mais concernant la pensée de l’enfant, c’est beaucoup trop flou dans mon esprit. Il faut sûrement que « j’expérimente », que je m’approprie. Je me demande comment avancer sur ce sujet avec mon statut de remplaçante (pour cette année). Il faut que je réfléchisse. 🙂

    J'aime

    • Bonjour Céline

      Merci de ce commentaire.
      Je pense aussi que c’est un moment que beaucoup d’enseignants appréhendent.
      Cela montre à quel point la pression est fortement ressentie.
      C’est à ce titre que je pense que la formation d’un enseignant est primordiale.
      La formation initiale est devenue tellement restreinte qu’elle ne prépare pas une assise solide chez les enseignants.
      Ils se sentent souvent démunis par rapport aux parents.
      D’autre part les parents ont souvent une attente très forte et ils peuvent avoir du mal à comprendre le tâtonnement.
      C’est souvent l’assurance qui rassure…
      Il me semble que ce sont la conviction d’être au plus près de l’élève et de faire tout ce qui est possible pour le faire progresser qui peut aider un enseignant à vivre plus facilement le regard de l’autre.
      Ce qui suppose d’accepter qu’on ne sache pas tout, qu’on a toujours des progrès à faire et cette position concerne aussi bien l’enseignant que l’élève…
      C’est une chance d’appartenir à un groupe pédagogique qui met au centre de son fonctionnement le tâtonnement de l’enseignant.
      Je partage tout à fait l’idée d’une préparation en équipe.
      J’espère que cet article permettra de donner à certains des pistes de réflexion ou des arguments .
      Je sais que ta réflexion sera constructive .
      A bientôt
      FRançoise

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s