Changements sur notre planète ? Nouvelles lectures ….

Vous trouverez dans cet article une présentation de livres qui proposent des points de vue différents ou complémentaires sur ce qui se passe et se passera sur terre …. :

Dans un carré de terre – Samuel  Rebulard. Ed l’Iconoclaste 2021-

Où se cache la biodiversité en ville ? 90 clés pour comprendre la nature en ville- Philippe Clergeau et Nathalie Machon. Ed Quae 2022.

Agir pour la biodiversité tout autour de vous – Jean-François Noblet. Ed Plume de carotte. 2019

Les enfants gâtés – Anthropologie du mythe du capitalisme responsable. Fanny Parise. Ed Payot

Quelle chaleur allons-nous connaitre ? Quelles solutions pour nous nourrir ? L’humanité en péril 2 – Fred Vargas. Ed Flammarion.

Je vous cite le sommaire et la 4 ème de couverture de chacun de ces livres. Je vous donne ensuite mon point de vue sur ce que la lecture de ces livres m’a apporté.

Bonne lecture à tous !

Lire la suite: Changements sur notre planète ? Nouvelles lectures ….

Voici donc la présentation de 5 livres très différents mais qui présentent chacun un point de vue sur notre vie sur terre aujourd’hui et demain. Les trois premiers traitent de façon concrète la vie sur terre . Le quatrième questionne nos conceptions et nos valeurs. Le dernier situe explicitement l’avenir….

1 – Dans un carré de terre – Samuel  Rebulard. Ed l’Iconoclaste 2021

« Samuel Rebulard est agronome et naturaliste. Il enseigne les sciences de la vie et de la terre à l’université Paris- Saclay. Ses leçons en botanique , écologie et agronomie sont principalement dispensées sur le terrain, quel que soit le temps. Il est aussi l’auteur du Défi alimentaire ( Belin Education , 2018 ) . »

«  Qui n’a rêvé de zoomer dans un carré de Terre, de l’explorer et d’y observer les mille et une vies si proches de nous, et pourtant si mystérieuses. Samuel  Rebulard nous invite à chausser nos bottes, à écarter les herbes, à sentir, à écouter. Il décrit avec passion ce réseau dense d’arbres, de feuillages, d’insectes, de champignons, de racines et de bactéries, et les multiples interactions entre eux. Tous cherchent à se nourrir à se reproduire, à se défendre : la fourmi élèves des pucerons  pour se gorger de leur miellat, le geai aide le chêne à se reproduire en dispersant ses glands aux quatre vents… La voix de l’agronome est précise, autant que poétique. Du printemps à l’hiver, il raconte, s’arrête sur des curiosités, développe certaines notions, illustrant son propos de ses photos. Un émerveillement, pour le néophyte comme pour le spécialiste. »

Sommaire :

Printemps : Du ciel au sol, le carbone – Chacun cherche son azote. Les mutualistes et les tricheurs.

Eté : La compétition et l’eau fraiche. Un joli champ de bataille. Se défendre sans bouger.

Automne : Se reproduire et se disséminer. Recycler et stocker. Les délices des déchets.

Hiver : Mille et une façons de passer l’hiver. Le printemps juste avant le printemps.

Mon point de vue : Il s’agit d’un récit, conduit comme une promenade et une aventure en fonction des saisons, qui ne place pas l’homme au centre mais bien ce qui se passe dans ce carré de terre. La présence de l’humain est située de façon à compléter l’information principale en cours. Les notions abordées sont particulièrement fournies et  elles permettent de voir les interrelations entre toutes les espèces végétales et animales. Un livre apaisant et très riche qui donne envie de s’intéresser à ce qui se passe autour de nous au-dessus, sur et sous le sol.

2 – Où se cache la biodiversité en ville ?90 clés pour comprendre la nature en ville- Philippe Clergeau et Nathalie Machon. Ed Quae 2022

« Les auteurs, tous deux professeurs au Muséum national d’histoire naturelle, sont spécialistes de la biodiversité urbaine. Philippe Clergeau consacre ses recherches à l’installation d’une biodiversité dans les projets d’urbanisme (bâtiments végétalisés, trames vertes urbaines). Nathalie Machon étudie l’écologie des populations et des communautés végétales en ville et les moyens de mieux les préserver. »

«  La crise sanitaire liée à la pandémie a fait prendre conscience aux citadins de leur besoin de nature, même au cœur des quartiers les plus urbanisés. Heureusement la nature est de plus en plus présente en ville, non seulement parce qu’on y plante des arbres, arbustes et fleurs, mais surtout parce que la gestion des espaces verts devient de plus en plus écologique. De ce fait, des végétaux et animaux inhabituels profitent de ces lieux. A côté de nos espèces horticoles et domestiques on peut aussi observer des espèces sauvages. Certaines d’entre elles  s’adaptent , d’autres pullulent, beaucoup nous surprennent… Comment concilier urbanisation et préservation de la biodiversité ? La faune est-elle responsable de la crise sanitaire ? Le changement climatique va-t-il modifier la biodiversité dans les villes ? Comment peut-on lutter contre l’artificialisation des sols ?

Les réponses aux 90 questions de ce livre permettent de comprendre la nature en tant que milieu complexe, centre d’intérêt pour le naturaliste, le chercheur et le gestionnaire ainsi que pour le citadin, qui souhaite s’impliquer dans les programmes de science participative. Les bénéfices des espaces naturels urbains, comme l’abaissement de la température ambiante ou l’épuration de l’air, de l’eau et du sol sont nombreux, d’où l’intérêt d’imaginer une ville écologiquement durable. Préservons cette biodiversité qui nous est si précieuse… aussi en ville. » 

Sommaire :

Un refuge pour la biodiversité : 17 questions – réponses.

Des espaces verts dans la ville : 12 questions – réponses

La course des plantes sauvages : 16 questions – réponses

Les animaux sauvages, de nouveaux résidents : 14 questions – réponses

Les envahisseurs : 17 questions – réponses

La ville de demain est-elle verte : 9 questions – réponses

Mon point de vue : Un livre très agréable à lire du fait de son organisation. Chaque question est traitée de façon assez courte et permet de faire facilement des liens de relation de causes à effets. Au fur et à mesure de la lecture les liens s’enrichissent et se complètent. Cette lecture permet d’aborder de façon explicite comment le vivant s’exprime partout et en quoi notre aménagement du territoire joue un rôle prépondérant sur la vie de toutes les espèces en ville.

3 – Agir pour la biodiversité tout autour de vous – Jean-François Noblet. Ed Plume de carotte. 2019

« Cet ouvrage a été réalisé en partenariat avec l’association Fête de la Nature. Jean-François Noblet a fondé en 1972 la  Fédération Rhone- Alpes de protection de la Nature, section Isère. Il lance une campagne nationale de protection des chauves-souris. Il devient ensuite conseille technique environnement au Conseil départemental de l’Isère. Il est fondateur de toute une série d’associations de la nature. Il est l’auteur de : La nature au café du Commerce et de : Manuel d’éco-résistance avec François Boucq aux dessins,  Ed Plume de carotte. »

«  Oui la biodiversité nous concerne tous ! Et oui nous pouvons être des acteurs efficaces à bien des niveaux : chez nous, bien sûr, dans notre maison ou notre jardin, mais aussi , entant que citoyens, dans notre rue et notre quartier, dans l’école de nos enfants ou l’entreprise dans laquelle nous travaillons, dans les hôpitaux, sur les parkings et les routes, au cœur des espaces verts, des forêts et des rivières de notre commune.

Ce livre, fruit d’une longue expérience de terrain et d’expérimentations réussies, est l’outil indispensable pour tous ceux qui veulent agir concrètement tout autour d’eux, avec l’ensemble des acteurs de la vie locale, et convaincre un élu, un agent communal, un directeur d’école ou un responsable d’entreprise de l’impérieuse nécessité de tenir compte, chaque jour, de la biodiversité. »

Sommaire :

Prologue –  Introduction : les lois de la biodiversité. Comment être un bon protecteur de la biodiversité ?

Chapitre 1 : la biodiversité de votre maison. Chapitre 2 : la biodiversité dans votre jardin. 

Chapitre 3 : la biodiversité dans l’école de vos enfants.  Chapitre 4 : la biodiversité à votre travail. 

Chapitre 5 : la biodiversité dans les espaces verts. Chapitre 6 : la biodiversité dans les cimetières.

Chapitre 7 : la biodiversité sur les parkings. Chapitre 8 : la biodiversité dans les hôpitaux.

Chapitre9 : la biodiversité dans une carrière. Chapitre 10 : la biodiversité autour des routes.

Chapitre 11 : la biodiversité en forêt. Chapitre 12 : la biodiversité en agriculture.

Chapitre 13 : la biodiversité autour des rivières. Chapitre 14 : la biodiversité dans les bâtiments abandonnés.

Chapitre 5 : observez la biodiversité.

Mon point de vue : Ce livre situe l’action possible. Chaque chapitre propose des informations et des projets en lien avec des lieux et des constructions d’objets ou de réalisations. Beaucoup de photos, dessins, tableaux. Il pourrait être le complément du livre dont j’ai parlé juste au-dessus qui situerait un pourquoi alors que celui-ci propose le comment. Il donne matière à voir concrètement ce qui peut se faire et peut servir de support à des échanges entre partenaires.

4 – Les enfants gâtés – Anthropologie du mythe du capitalisme responsable. Fanny Parise. Ed Payot

« Fanny Parise est anthropologue, spécialistes des mondes contemporains et de l’évolution des modes de vie. Elle a consacré la dernière décennie à étudier les phénomènes de déconsommation. Elle enseigne à l’université en France et en Suisse. »

«  Qui est ce groupe d’individus sans conscience de classe qui critique la société de consommation tout en permettant au système de perdurer ? Les « enfants gâtés », comme les nomme Fanny Parise jouent-ils le rôle qu’ils prétendent jouer – celui de  réformer un système destructeur – ou participent-ils malgré eux à la reproduction du système et de ses inégalités socioculturelles ? L’enjeu de cet ouvrage est de faire le point sur le mythe de la contre-culture postcapitaliste : pour commencer, qu’a-t-elle de « post » capitaliste précisément cette contre-culture ? Et comment ce mythe amène-t-il insidieusement à passer de l’injonction « consommer mieux «  à celle de « consommer mieux et plus » ?

Vous allez adorer déteste les enfants gâtés : ils sont toujours l’autre, mais chacun d’entre nous peut se reconnaitre par certains aspects en eux. Faites-vous partie de ces influenceurs qui s’ignorent et dont l’objectif – la plupart du temps inconscient – est de continuer à consommer comme avant sans passer pour un suppôt écocide du grand capital ?» 

Sommaire :

Une anthropologie du coin de ma rue.

Première partie – Bienvenue en créatocratie : les nouveaux sauvages et la créatocratie. L’émergence d’ethnies culturelles. L’ingénierie sociale de la créatocratie.

Deuxième partie – La culture de l’inventivité : la magie de la créativité. Le bonheur de l’enfant gâté. Les nouvelles égéries du banal.  

Troisième partie – Le faux pacte des enfants gâtés : la guerre culturelle des mots. Le rêve est la réalité de l’involution culturelle. La culture politique du divertissement.

Mon point de vue : Un livre qui questionne, qui remet en question, qui peut déranger…. Un livre qui oblige à mettre en lien les intentions et les actions, les valeurs et les modes de vie. Sur quoi fondons-nous vraiment nos choix aujourd’hui ? …..

5 – Quelle chaleur allons-nous connaitre ? Quelles solutions pour nous nourrir ? L’humanité en péril 2 – Fred Vargas. Ed Flammarion.

« Fred Vargas est l’auteur de romans policiers et docteur en archéozoologie. Elle a exercé longtemps comme chercheur au CNRS.

Dans ce nouveau livre Fred Vargas achève sa recherche, explorant une masse considérable de sources et disséquant quantité de domaines déterminants pour notre avenir…. » 

« J’avais bien l’intention, ayant bouclé mon livre sur l’Humanité en péril, de ne pas vous laisser en paix (pas plus que moi-même) et de persister à vous assommer par de nouveaux éléments, tant la question du dérèglement climatique et des conséquences du déclin du pétrole est trop ample pour être traitée en un seul volume. J’aurais de très loin préféré vous assurer de la continuation, avec d’autres méthodes que celles d’aujourd’hui, de nos modes de vie. L’honnêteté m’impose de vous dire que c’est là chose impossible et que nous devons avoir le cran  de regarder ce bouleversement en face, sans déni, et dans tous ses effets. » Fred Vargas

Sommaire :

Quelles conditions climatiques allons-nous connaitre ?

Le pic du pétrole et son déclin.

Les conséquences du déclin pétrolier.

Le parc roulant aéronautique et maritime en France de 2022 à 2040.

L’alternative pour l’avenir de transports.

Les transports de biens jusqu’en 2040 (2045)

Le déplacement des personnes.

L’avenir de notre mobilité après 2040- 2045.

La traction animale et le remembrement : les deux clefs de notre survie.

Le pic du gaz naturel.

Le pic du charbon.

Conséquences des pics des trois énergies fossiles sur le réchauffement.

La consommation d’énergie finale à l’horizon ( 2040) 2050.

Le pic de la déforestation.

Le manque de matières premières et de batteries : la fin du numérique ?

Mon point de vue : A lire absolument et à méditer pour trouver comment en parler avec notre entourage, nos enfants, nos élèves…. Merci une fois encore à Fred Vargas qui nous livre ici un ouvrage de référence particulièrement solide, argumenté et constructeur. Il complète le premier livre par un raisonnement très simple et très explicite :

 Bonne nouvelle : le pire des scénari du GIEC ne pourra pas se réaliser !

Mauvaise nouvelle : il ne pourra pas se réaliser parce que nous aurons atteint la limite des réserves en pétrole, gaz et charbon avant 2050 (puisque le pic du pétrole est en passe d’être atteint dès maintenant) et que l’économie mondiale ne pourra pas polluer autant et aussi longtemps !

Conséquences : une grosse déception pour tous ceux qui continuent à penser qu’on peut continuer à vivre comme avant et de gros problèmes économiques puisque les transports de toutes natures ne seront plus possibles …. L’électricité ne remplacera pas le pétrole dont elle est très souvent dépendante et elle ne pourra jamais être produite en quantité suffisante pour répondre à nos modes de production, consommation, transports et communication.

Conclusion….

Tout le monde maintenant a entendu parler des rapports du GIEC. Chacun a entendu parler cet été de la pandémie, des inondations, de la canicule et de la sécheresse, des incendies, du manque d’eau dans les cours d’eau, de la fonte des glaciers.

En 1970 le dépassement de nos réserves sur la planète était situé fin décembre. Cette année il a lieu en juillet.

On préfère rester dans le déni, dans la conviction que la science va nous apporter des solutions et que tout va continuer même si on doit s’adapter un peu….

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

Il ne suffira pas d’essayer de s’adapter ni de croire en la transition énergétique. Il est plus que temps d’essayer de comprendre l’urgence de préserver ce qui nous reste comme énergies pour garantir l’essentiel des besoins et des droits humains !

Expression, création , communication , tâtonnement expérimental, coopération, autant de grands mots qui perdent de leur substance et leur signification quand ils ne sont pas reliés à la vision politique et écologique de Freinet, à la Puissance de vie inscrite dans un rapport humain qui respecte le milieu et l’environnement dans lequel il vit. Quand la Méthode Naturelle n’est plus inscrite dans la vie , telle qu’elle est et qui détermine le futur, elle reste un instrument pédagogique qui ne peut construire un avenir porteur de sens pour les enfants d’aujourd’hui.

Essai de psychologie sensible : «  Il importe peu à l’harmonie individuelle et sociale que l’homme connaisse les noms de tant d’objets de la nature, qu’il sache analyser tels produits ou même en réussir une étonnante synthèse, si ces quantités et ces attributs sont extérieurs à son devenir, comme des pions qu’on manœuvre pour une réussite indifférente à notre destinée. Et s’il emploie ses connaissances et ses découvertes à créer le mal, à servir les exploiteurs de la misère, à étouffer la vie, on peut dire aussi : si du moins il n’avait jamais été initié à cette science !… De lui on dirait aussi : Maudite soit l’éducation qui lui a appris ces mots, qui lui a enseigné à isoler ces concepts mais qui a négligé de l’aider à comprendre et à pratiquer une vie utile et digne ! »

« Nous vous disons : Malédiction à qui désobéit aux lois de la nature et croit toute action indistinctement valable, comme si la pensée avait une destinée autonome intelligemment et rationnellement orientée, comme s’il suffisait de détacher le rocher de la montagne sans se soucier de ce que sera son dévalement accéléré ! Que vos deux mains également intéressées, tiennent toujours bon  l’outil et qu’elles se sachent engagées totalement dans tous les actes qu’elles suscitent !

La nature, toujours sensiblement la même, se prête à la stabilité de l’harmonie éducative. Il faudrait que les virtualités du progrès soient intégrées à la vie de l’homme, qu’elles soient elles-mêmes équilibrées, centrées sur les besoins véritables des individus.

Seul votre exemple vivant compte. Il marquera la vie et la destinée de vos enfants…. On doit donc, dès le plus jeune âge, veiller très soigneusement à la qualité des exemples qui sont offerts aux enfants. »

Les Dits de Mathieu :  » Les éducateurs, plus que d’autres, doivent s’appliquer à voir juste d’abord, à essayer de faire surgir ensuite, ne serait-ce qu’une lueur de vérité … «  Célestin Freinet

La pédagogie Freinet, une pédagogie de la sensibilité

Une révolution culturelle: aller dehors

Des lectures pour questionner la puissance de vie

Et si le monde avait changé

Le monde a changé : un autre ancrage pour la pédagogie Freinet

Des lectures pour questionner la puissance de vie

Parler du futur

Publicité

L’Autonomie

Deuxième partie : L’autonomie dans la classe

Dans ce deuxième article, je reprends quelques définitions et je m’appuie sur des exemples précis pour questionner et définir l’autonomie à partir de :

Enseigner sans exclure, de Sylvain Connac et ensuite Cheminement en maternelle de Meyer, Larois, L’Héritier, Mackowiak, Pestre.

Je propose des axes essentiels et je les situe en pédagogie Freinet.

Je cite des extraits d’un texte écrit par Clothilde Jouzeau Kraeutler dans : La pédagogie Freinet de la maternelle à l’université. Ed L’Harmattan.

Ma conclusion questionne une fois encore  sur les usages d’aujourd’hui ….

Lire la suite

L’Autonomie

première partie : les enseignants et l’Autonomie

Dans cette première partie vous trouverez ci-dessous des points de vue d’enseignants sur l’Autonomie, des enseignants de maternelle, de l’élémentaire et du secondaire. Ils parlent de la manière dont ils la conçoivent, dont ils la font vivre et des conditions que cela suppose. Chacun exprime un point de vue différent qui a toute sa légitimité. Il n’y a pas de « Bonne réponse »….Il s’agit de réfléchir sur ce que le mot Autonomie peut renvoyer suivant les personnes et les contextes.

Des définitions de l’Autonomie vous sont proposées en fin d’article.

Dans le prochain article je traiterai des axes fondamentaux de l’Autonomie en m’appuyant sur les définitions proposées par Sylvain Connac et j’analyserai  comment dans des documents officiels on traduit cette autonomie dans les  textes proposés aux enseignants. Cela sera suivi par les particularités développées dans le tâtonnement expérimental et l’expérience tâtonnée en pédagogie Freinet.

Bonne lecture, en toute autonomie… !

Lire la suite

Le Tâtonnement Expérimental et l’Expérience Tatonnée : des conditions, du sens….

Dans cet article, je situe dans une première partie le Tâtonnement Expérimental et les conditions de sa richesse et je place l’Expérience Tâtonnée dans le cours de son développement.

Je développe ensuite l’importance des contextes en comparant les modes de vie au temps de Freinet avec ceux d’aujourd’hui. Je définis les notions de permanence et de cycle de vie et je développe leur interaction et leur importance dans le développement de la pensée. Cela situe des conditions très différentes du Tâtonnement Expérimental.

Je continue en présentant la façon dont les opérations mentales peuvent se réaliser lors d’un travail en classe avec les fichiers Freinet lecture 01-02-03. Je prends l’exemple de quelques fiches dont j’analyse l’organisation pour montrer en quoi les liens entre le Tout et les parties permettent de développer des accès différents sur des notions abstraites.

Je traite ensuite des conditions et des conséquences de l’articulation de cette analyse. Je relie les notions de Permanence et Cycle de vie avec celles du Tout et des parties.

Le sens est au coeur de la pédagogie Freinet . Je prends l’exemple des entrées différentes en mathématique et je montre comment les différentes options pour traiter la mathématique en pédagogie Freinet offrent des accès différents et complémentaires parce qu’ils s’appuient sur le sens que l’élève peut construire par lui-même.

La conclusion élargit sur les choix et l’avenir…. Bonne lecture . N’hésitez pas à donner votre avis !

Lire la suite

Le tâtonnement expérimental dans Essai de psychologie sensible

Dans cet article je présente des extraits des écrits de Freinet pour construire une vision d’ensemble autour de la notion de Tâtonnement expérimental.

J’ai situé des angles de vue différents en reliant le tâtonnement expérimental à des  notions clés chez Freinet : la puissance et le potentiel de vie, la perméabilité à l’expérience, les recours-barrières, le travail.

La façon dont le tâtonnement expérimental est perçu aujourd’hui situe tout particulièrement l’émancipation et la question du libre arbitre dans une société qui ne positionne plus l’humain sans la technologie numérique.

Je propose pour terminer, mon point de vue à partir d’une autre version de la « théorie du grand remplacement » … !

Lire la suite

Apprendre du Dehors ( 2 ) , en décembre…

Cet article suit le précédent qui présentait de façon plus générale pourquoi apprendre du Dehors.

Voir : Apprendre du Dehors

Cette deuxième partie illustre ce Pourquoi apprendre dehors, à partir d’un exemple particulier : celui du mois de décembre. Vous y trouverez une cible prioritaire : le froid , qui me permet de vous présenter un ensemble de mises en relation, qui pourraient être reprises pour chaque mois de l’année…

J’ai présenté les années précédentes des propositions différentes en lien avec Noël : calendrier de l’Avent, fabrication de sapins ou de mobiles. L’an dernier j’ai situé le sapin comme un élément de la vie végétale. J’ai repris en fin d’article les liens qui vous permettent d’accéder à ces propositions : la fabrication de sapins, mobiles, décorations, de calendriers de l’avant .

Bon mois de décembre et très joyeuses fêtes de fin d’année à tous !

Lire la suite

Apprendre du Dehors

Cet article présente un questionnement autour du Dehors . Il situe des différences de conditions et d’accès sur le rapport aux apprentissages.

Je présente ici la classe dehors sous différents formes. Je rappelle les particularités des classes promenades chez Freinet. Je propose un tableau qui situe la classe promenade comme source des apprentissages en classe.

Je propose ensuite un tableau qui organise  les liens possibles autour de la notion de  tâtonnement expérimental dehors.

Je distingue et précise ce qui peut différencier le Dedans et le Dehors.

Ma conclusion élargit, comme souvent, sur la réalité d’aujourd’hui et sur le choix d’une visée principale ….

Lire la suite

La part du maître en Pédagogie Freinet

Cet article situe la part du maitre suivant trois directions :

L’enseignant Freinet est une personne, il se forme, il se revendique comme citoyen et militant .

La dernière partie situe la part du maitre dans la responsabilité que peut prendre aujourd’hui l’enseignant de pédagogie Freinet, en accordant dans la classe une place quotidienne et importante au questionnement sur le monde et sur le rapport au vivant .

Je propose en fin d’article des affiches qui situent des notions clés, à construire et interroger,pour les enseignants et les élèves .

Lire la suite

La puissance de vie aujourd’hui

Je poursuis dans cet article une réflexion sur la « puissance de vie ».

Je reprends une analyse et réflexion sur ce que la notion d’Expérience Tâtonnée pouvait signifier et comment elle était raccordée à la notion de « puissance de vie » dans l’ICEM en 1989. Je vous présente la fiche explicative qui accompagnait un des fichiers de l’ICEM : 100 expériences fondamentales.

Je propose ensuite l’évocation d’un fichier sur le vivant qui serait construit sur les mêmes bases. Je situe la notion de « territoire » pour faire évoluer l’étude « du milieu ».

J’interroge ensuite ce que la notion de « puissance de vie « pourrait questionner dans l’ICEM aujourd’hui et des choix pédagogiques qui pourraient être situés au niveau politique.

Il s’agit toujours de choix….

Lire la suite

Des lectures pour questionner la puissance de vie

Vous trouverez ci-dessous des propositions de lectures très différentes , qui peuvent vous permettre d’accéder à une réflexion sur la vie et la puissance de vie que nous pouvons développer en fonction des milieux de vie et habitats que nous choisissons.

Vous trouverez des genres d’écriture variés. Je propose une fiction de Marc Lévy et je termine par deux petits albums pour enfant….

Bonne lecture !

Lire la suite