Le « Qui est-ce ? », pour tous les niveaux de l’école primaire

Le « Qui est-ce ? »

Le principe de la question – réponse ne permet souvent qu’une seule réponse.Cette  réponse n’est le plus souvent qu’une connaissance mémorisée, qu’il faut restituer à l’identique ou associer à un élément contenu dans la question.

Il s’agit d’une situation de validation d’une réponse courte et très précise.

C’est le principe des Questions à Choix Multiples.

Le « Qui est-ce ? »  est une situation de langage qui permet d’ouvrir les mises en lien. Les éléments à trouver peuvent être qualifiés de plusieurs manières et cela permet de construire des références riches et multiples.

Vous trouverez dans cet article des exemples de « Qui est-ce ? » pour tous les niveaux d’âge de l’école primaire et dans différents domaines de connaissances.

Un moment convivial de recherche

Dès le plus jeune âge, les enfants aiment les devinettes puis les charades, les défis ou les énigmes. Ce sont des situations de recherche qui sont acceptées et mobilisent très facilement les élèves. Le « Qui est-ce ? » fait partie de ce type de situation et permet de réaliser,  à peu de frais,  un moment de convivialité coopératif de mobilisation de la pensée.

Cette  situation permet de «  nourrir » les élèves, de leur donner des critères qui ne sont pas forcément présents ou visibles et des références qu’ils n’ont pas encore construites.

En maternelle, cela permet de générer des catégories de référence et de construire des images mentales. Les enfants prennent alors l’habitude de mettre en lien sur la base de la réflexion et pas seulement sur la base de la perception ou de la manipulation. Il s’agit bien  d’une situation d’enrichissement de la compréhension et non d’une situation d’évaluation de connaissances.

Le « Qui est- ce ?  »  en maternelle

Un animal :  des références dans le vécu

 Il  a 4 pattes comme le chien et il fait Miaou.

La première  référence fait appel à une connaissance du vivant  sur la base de la perception: 4 pattes, avec une analogie sur un animal de même catégorie .

La deuxième référence se situe également dans le sensible , le vécu et permet de cibler précisément un élément particulier discriminant: il n’y a que le  chat qui miaule . C’est souvent ce qui est énoncé aux jeunes enfants .

Des enfants de trois ans peuvent donc comprendre ce « Qui est-ce ? » et trouver la réponse en fonction de deux catégories de référence.

Il a 4 pattes, deux petites oreilles pointues et il aime manger des souris.

Il s’agit bien d’un animal à 4 pattes mais cette fois c’est son régime alimentaire qui va permettre de le distinguer. Cela suppose cependant une connivence sur le fait de savoir que le chat mange des souris , ce qui est rarement le cas aujourd’hui…. Il s’agit donc d’une référence culturelle.

Des enfants de maternelle peuvent trouver la réponse qui fait appel à deux références de nature différente.

 Un fruit : une catégorie moins connue

 C’est un fruit qui  se mange à la fin du repas ou au gouter ; elle est jaune et ressemble à la lune.

La catégorie situe le registre : fruit,  puis un mode de vie : le gouter, la fin du repas .

C’est ensuite la couleur qui est précisée clairement alors que la forme est suggérée par une analogie. Cela suppose donc de prendre en compte plusieurs informations de nature différente.

Le « Il » = le fruit,  de la première information est complété par le « elle » = la banane, de la seconde. Ce changement de genre peut perturber certains enfants à qui on redonnera ensuite la liaison:on parle d’un fruit et c’est la banane …

Cela peut se réaliser en petite section pour certains , en moyenne section pour d’autres , voire en grande section pour ceux qui n’ont pas eu l’habitude de chercher quelque chose de non présent, non visible.

Un meuble : une catégorie un peu abstraite

 C’est un meuble que l’on trouve dans la chambre . On y range les vêtements.

Ce «  Qui est-ce ? » s’ouvre sur plusieurs réponses possibles .

Il permet de confronter du vocabulaire et des modes de vie : commode, placard, armoire, penderie. Il situe une catégorie moins connue , les meubles , et plus abstraite parce que la perception d’un meuble reste souvent peu située dans le sensible. On en parle peu ; on ne les mange pas, on les utilise sans y faire attention …

Cette référence est donc liée à l’usage et elle va différer énormément suivant les modes de vie de la famille. Heureusement le mot Chambre éclaire un peu  la situation !

Le deuxième indice est lui aussi assez neutre , défini par un pronom indéfini qui situe un usage commun à tous : ranger des vêtements , mais pour autant sur lequel l’enfant ne s’est pas forcément interrogé. Le Y , est lui aussi abstrait ; il renvoie à la catégorie meuble  , mal connue et cette phrase , d’apparence simple, peut donc sembler obscure à certains jusqu’en CP …

Le titre d’un livre lu dans la classe  ou le personnage du  livre

C’est dans un livre que je vous ai lu ce matin et  on raconte qu’il va au supermarché. ( T’choupi au supermarché )

C’est un endroit ou T’Choupi va avec sa maman.

C’est là que T’ Choupi voulait prendre des bonbons et qu’il s’est perdu.

Plusieurs « Qui est-ce ?  »  peuvent cibler le même livre différemment. Au fur et à mesure de la recherche, les esprits s’ouvrent, dès la petite section. La vérification  peut être faite en montrant le livre ou une page qui illustre la recherche. Et c’est souvent une information qui sera reprise ensuite librement par les enfants quand ils regarderont à nouveau ce livre.

C’est un livre qui raconte l’ histoire d’un animal qui fait des trous dans les aliments.( La chenille qui fait des trous )

La catégorie Animal est l’une des plus connues dès la maternelle, mais le mot n’est pas utilisé par tous. Le mot aliment complique la situation parce qu’il fait appel à une catégorie abstraite peu connue. C’est donc le fait de faire des trous qui va aider à la compréhension. Et du coup on pourra ensuite préciser ce que sont les fameux aliments qu’elle a mangés, cette chenille…

Cette référence multiple : animal, faire des trous, aliment, est un peu difficile pour la petite section ; elle commence à être accessible en moyenne section.

C’est un personnage du livre que j’ai lu hier  mais ce n’est pas le vieux ( Le vieux et la vieille, dans Les Deux Maisons)

Cette fois on situe à partir d’une opération mentale particulière : une déduction par la négation. Cela n’est souvent pas accessible avant la grande section quand il s’agit d’évoquer quelque chose de non visible.

Et il faut déjà se souvenir de quel livre il s’agit, puisqu’il a été lu hier ….

A partir du CP

Un mot : et non plus une catégorie définie

C’est un mot qui commence par la lettre B , qui se termine par la lettre E et qui parle d’un fruit que les enfants  mangent facilement …

Ce «  Qui est-ce ? » se compose de trois informations à combiner , dans deux registres différents : le code, le mode de vie. Cela relève d’une opération mentale difficile et suppose une capacité de raisonner avec des aller-retours de la première information à la troisième, avec une validation à partir de  la signification du tout.

Il s’agit bien sur d’un  » Qui est-ce? » pour le CP. Ce genre de recherche permet de relier l’orthographe, la compréhension et la combinatoire du principe alphabétique de notre langue .

C’est un fruit qui commence par  la lettre  O et dont la dernière syllabe est Ge.

Cela a l’air simple quand on sait lire et écrire mais cela pose beaucoup de problème de référence à un enfant apprenti lecteur.

Les deux informations se situent dans le code mais pas dans le même registre, une lettre et une syllabe. Et il n’y a pas d’indice sur la signification. C’est une recherche de CP qui ne peut se réaliser à la rentrée. Sauf si elle renvoie à un support qui présente des images  dans laquelle se situe cette orange. ( alphabet imagé en affiche)

Cela peut  devenir encore plus « technique » !

C’est un mot  dont la première syllabe est la même que dans Bateau…Et c’est un fruit.

Cela suppose de faire une discrimination correcte de la première syllabe de Bateau puis de la conserver en mémoire pour penser ensuite à un fruit, et non plus à un bateau.

A partir d’une seule syllabe l’évocation est difficile parce que la syllabe seule ne possède aucune signification. C’est donc à partir du mot fruit que la recherche pourra permettre de trouver celui qui commence par BA.

Encore plus difficile !

C’est le nom d’un animal qui termine par ON et qui commence par la première syllabe de papier.

Le fait de donner un indice sur  la fin  du mot , avant de commencer par la première syllabe, perturbe la recherche. Cela  demande à l’élève de pouvoir garder cette information en mémoire sans que cela puisse l’aider dans sa recherche de la première syllabe. Il aura souvent tendance à raisonner à l’envers et à chercher à placer le ON au début du mot.

Cela peut se réaliser avec certains élèves de CP ou au CE1.

Des catégories de la langue

C’est un adjectif de couleur qui peut qualifier le soleil…: jaune

C’est un nom commun féminin qui désigne le support sur lequel vous écrivez… : une table

Ces deux exemples donnent une information sur la signification ce qui facilite la recherche.

C’est un déterminant au masculin singulier .

C’est un verbe du premier groupe,  conjugué avec le pronom de la deuxième personne du singulier, à l’imparfait.

Plusieurs réponses possibles; ce qui alimente le débat…

La construction du nombre

C’est un nombre qui veut dire qu’il y en a plus que 6 .

Et bien oui ! Ce n’est pas un nombre plus grand que 6, ils ont la même taille …

Là encore des réponses multiples possibles : 7, 9, 43 etc…

Et cela pose question , ce qui est intéressant pour discuter de l’ordre de grandeur, de l’ordre de la suite et du pourquoi de cet ordre. Et on peut compléter par :

C’est un nombre qui veut dire qu’il y en a plus que 6 et moins que 8 ….

Ou:  c’est un nombre qui veut dire qu’il y en a 2 de plus que 6 …

Cela se réalise à partir de la grande section et aide souvent les élèves de CP à construire un autre rapport à la construction de la suite numérique..

Les catégories de la numération de position

 Il signifie qu’il y en a deux dizaines et on sait qu’il y a moins de 5 unités…

Il signifie qu’il y en a plus de , moins de…

Il signifie qu’il y en a 54 et 10 de plus…, de moins …

Toutes ces «  énigmes  » sur la suite numériques permettent de donner des situations de recherche ciblées et donc de faire travailler sur des critères précis : l’ordre de grandeur, la dizaine etc… Il s’agit bien alors d’opérations mentales , sans recours à la manipulation, à partir du CP.

La réponse proposée par certains doit être clairement justifiée par l’enseignant pour que les enfants qui ne trouvent pas encore les réponses, puissent avoir connaissance de ce qui leur manque , des liens qu’ils n’ont pas encore construits.

On peut aussi cibler l’espace :

Un lieu :

C’est la pièce dans laquelle il y a des cerceaux,

l’endroit dans lequel on range les vélos, les manteaux…

La pièce au fond du couloir, à côté des toilettes etc…

Une position :

Un objet qui se trouve tout en haut de l’armoire, sur la dernière étagère,

à gauche de la dernière boule , derrière le tabouret.

Une forme géométrique :

Il a 4 côtés qui mesurent chacun 6 cms ….

Il possède 6 faces  et quand on le regarde on voit toujours la même chose même si on le change de côté.

Une situation de recherche avec ou sans l’aide d’un support

Si les informations portent sur du réel visible,  il est intéressant de compliquer la situation par plusieurs informations qui apportent des références spatiales qui se complètent . Cela permet à l’enfant  d’intégrer ces différences et leur complémentarité.

Si les informations portent sur des objets non présents cela suppose d’avoir construit une culture sur cet objet, une mémorisation particulière reliée à une habitude ou une place précise.

L’élève doit donc se mettre en situation d’évocation sur des situations du vécu ou faire appel à la construction d’un possible. Si cet objet n’est pas inscrit fortement dans la culture de la classe la recherche sera difficile.

Une situation de recherche dans tous les domaines

Cette situation de recherche à partir d’indices qui ciblent avec précision, mais aussi avec de la richesse, peut se vivre à tous les niveaux d’âge et dans tous les domaines.

C’est à l’enseignant de cibler les critères de recherche en fonction du niveau de développement de la pensée de l’enfant ( visible, vécu, évoqué, sorti de son contexte …) et en fonction de la possibilité de mises en relation différentes et complémentaires.

Cela permet un vrai enrichissement pour les élèves qui reprendront ensuite à leur compte petit à petit cette habitude de mise en lien dans les situations de recherche.

C’est à ce titre que les situations problèmes pourraient être travaillées en grand groupe dans toutes les classes et cela apporterait une remédiation efficace pour ceux qui ne savent pas trouver les données utiles ou qui ne font pas de mise en relation et qui restent situés dans une situation de poser des nombres au hasard de leur chronologie dans l’énoncé .

On peut compléter cette situation de recherche en offrant la possibilité aux élèves de poser des questions auxquelles on peut choisir de répondre par oui ou non, ou par un seul mot etc…de façon à ne pas apporter trop d’information pertinente.

Des élèves qui produisent le « Qui est-ce ? »

Cette situation peut permettre aux enfants de devenir eux-mêmes producteurs de « Qui est-ce ? »,  c’est-à-dire de raisonner eux aussi avec des indices et des mises en relation. Cela commencera surement par du descriptif et l’information sera souvent limitée mais les enfants évoluent rapidement quand ils ont compris comment ça marche. Le défi les pousse à complexifier les choses et le deuxième critère viendra  rapidement compléter le premier ;  la difficulté sera présente quand l’élève sera capable de prendre en compte ce qui a posé un problème ou ce qui a facilité la recherche. Il adaptera donc ses propositions et fera évoluer ses mises en relation.

Et toutes ces énigmes, tous  » ces Qui est-ce ? » peuvent être publiés dans le journal de la classe, être envoyés aux correspondants, offerts en cadeau  à un copain ou même à un membre de la famille. Il faudra bien sur essayer de chercher ce qui est possible, souhaitable et donc adapter sa production au public visé… Une vraie situation de production d’écrit !

Une autre façon d’apprendre

Voilà donc une situation de recherche , basée sur une mise en commun, un esprit de coopération du groupe  qui peut faciliter le développement de la pensée de l’enfant dans tous les domaines, à tous les niveaux.

Changer de pratique pédagogique ne demande parfois que peu de moyens …

Donner beaucoup de références pour alimenter la construction la plus riche possible .

Chercher des réponse possibles et pas seulement un résultat unique figé.

Cela demande seulement de changer d’état d’esprit : apprendre c’est chercher dans les possibles  et non pas évaluer  ce qu’on sait déjà !

Voir : les liens de tous les articles de la Rubrique Pédagogie

La pédagogie Freinet se construit dans l’échange de points de vue , par la parole, dans l’échange et la coopération avec une visée émancipatrice basée sur de l’explicite .

Vous trouverez, dans la colonne de droite de ce blog, deux pages qui vous présentent deux tableaux récapitulatifs de tous les articles du blog, rangés par rubriques, afin de vous donner une vision d’ensemble de ce qui est paru dans ce blog.

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à vous inscrire sur la News Letter dans la colonne de droite du blog pour recevoir une présentation des prochains articles. Vous pouvez aussi laisser un commentaire , poser des questions ou demander des renseignements. Bonne lecture…

 

2 commentaires sur “Le « Qui est-ce ? », pour tous les niveaux de l’école primaire

  1. Merci pour cet article très intéressant.
    Lorsque je posais des devinettes dans une classe de MS/GS, la difficulté des MS était souvent de tenir compte des deux critères donnés. Certains s’arrêtent au premier critère et ne font pas évoluer leur première idée en fonction du critère suivant. L’aide des GS était alors précieuse.

    J’aime

  2. […] Une variante des devinettes est le « Qui est-ce ? ». Il s’agit non plus de deviner à partir de critères énoncés mais de poser des questions pour savoir de quoi il s’agit. Cela demande alors un travail complexe : – pour garder en mémoire les différentes informations recueillies – pour faire des déductions à partir des réponses négatives (« non, ce n’est pas… ») Pour aller plus loin: lire l’article « Le Qui est-ce ? pour tous les niveaux du primaire » sur … […]

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s